ARCA Librairie
Antoine de Lophem
B-1390 Grez-Doiceau Belgique
Tél. : 0032 (0)479 47 45 42
info@arca-librairie.com
www.arca-librairie.com

COMMENT RECONNAÎTRE UN VRAI MAÎTRE

Plus d'informations
#311

Cher Pantout,

Que Dieu vous bénisse pour cette réponse inspirée et inspirante ...
Merci pour ces paroles pleines d'apaisement et d'espérance ...

Que Le Seigneur augmente notre Amour de Lui et notre soif de Lui !

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: arca, Cybele Encemiroir, Apolline

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#316

Quant aux faux maîtres, ne les craignez pas trop: prenez-les même comme maîtres si vous voulez. Dieu vous fera voir tôt ou tard la drôlerie de leur mensonge, et de toute façon, vous aurez expérimenté quelque chose, ne fût-ce que l'absurde qui vous fera vous rouler par terre de rire.


Me fait penser à :
Livre 1, verset 1 du Message Retrouvé de Louis Cattiaux :

1 Celui qui est dans l'erreur essaie de l'imposer aux autres. Celui qui possède la vérité s'efforce de l'appliquer à lui même.
C'est la marque qui ne trompe pas.
1' Quelle que soit la chose que nous avons décidé de faire, persévérons jusqu'à ce que l'absurde ou la lumière de Dieu nous délivre et nous rende libres dans l'acte et dans le repos. La vérité qui sépare et qui unit. Uns deux. Un et rien de plus.

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: arca, Athanase Lynxe, ibn al-3adam, Cybele Encemiroir, Apolline

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#337

Chères sœurs et chers frères du Chemin !

Je voudrais partager avec vous ces extraits de l’Évangile de Marc qui m’ont fortement étonné, et qui raisonnent à mon sens avec les paradoxes que nous avons déjà soulevé sur la relation entre le maître et le disciple …

Et quel maître ! Puisqu’il s’agit ici de Jésus (aS) et de ses apôtres.

La première chose qui m’a surpris, c’est que Jésus (aS) semble y décrire clairement l’existence d’un enseignement initiatique réservé à ses disciples. Pire, il semble indiquer que cet enseignement et volontairement caché aux autres et que la conversion ou la Salut leur sont volontairement rendus inaccessibles :
Lorsqu'il fut en particulier, ceux qui l'entouraient avec les douze l'interrogèrent sur les paraboles. Il leur dit: C'est à vous qu'a été donné le mystère du royaume de Dieu; mais pour ceux qui sont dehors tout se passe en paraboles, afin qu'en voyant ils voient et n'aperçoivent point, et qu'en entendant ils entendent et ne comprennent point, de peur qu'ils ne se convertissent, et que les péchés ne leur soient pardonnés. (Mc 4,12)

Pourtant, les apôtres n’affichent pas de qualités particulières. Au contraire, ils sont même décrits comme manquant de foi :
Puis il leur dit: Pourquoi avez-vous ainsi peur? Comment n'avez-vous point de foi? (Mc4, 40)

Ces disciples incrédules semblent manquer totalement de clairvoyance sur la nature de leur maître (aS) et de son divin enseignement :
Les disciples avaient oublié de prendre des pains; ils n'en avaient qu'un seul avec eux dans la barque. Jésus leur fit cette recommandation: Gardez-vous avec soin du levain des pharisiens et du levain d'Hérode. Les disciples raisonnaient entre eux, et disaient: C'est parce que nous n'avons pas de pains. Jésus, l'ayant connu, leur dit: Pourquoi raisonnez-vous sur ce que vous n'avez pas de pains? Etes-vous encore sans intelligence, et ne comprenez-vous pas? Avez-vous le coeur endurci? Ayant des yeux, ne voyez-vous pas? Ayant des oreilles, n'entendez-vous pas? Et n'avez-vous point de mémoire? (Mc, 8, 14-18)

Ainsi, les disciples du Christ (aS) semblent avoir le même « cœur endurci » — car ils n'avaient pas compris le miracle des pains, parce que leur coeur était endurci (Mc 6,52) — que celui des Pharisiens par lesquels le regard de Jésus (aS) était affligé dans la Synagogue : Alors, promenant ses regards sur eux avec indignation, et en même temps affligé de l'endurcissement de leur coeur (Mc 3,5).

L’exemple de Pierre (rA) est assez terrifiant. Alors qu’il semble avoir compris la nature et la valeur de son divin maître —
Et vous, leur demanda-t-il, qui dites-vous que je suis? Pierre lui répondit: Tu es le Christ. Jésus leur recommanda sévèrement de ne dire cela de lui à personne. (Mc 8,29-30) —, Jésus (aS) lui montre directement que sa connaissance est proprement diabolique : Mais Jésus, se retournant et regardant ses disciples, réprimanda Pierre, et dit: Arrière de moi, Satan! car tu ne conçois pas les choses de Dieu, tu n'as que des pensées humaines. (Mc 8,33).

Voilà donc que les disciples du Christ ressemblent à s’y méprendre à des mécréants aveugles et incapables …

Mais ce qui m’a frappé le plus sur ce rapport entre l’enseignement et la connaissance dans l’Évangile de Marc, c’est que si les apôtres semblent totalement aveugles à la Vérité qui vit et marche parmi eux, les démons sont quant à eux totalement conscients de la nature du Verbe ! Le Christ les empêche même de révéler leur connaissance :
Il guérit beaucoup de gens qui avaient diverses maladies; il chassa aussi beaucoup de démons, et il ne permettait pas aux démons de parler, parce qu'ils le connaissaient.(Mc 1, 34)

Les esprits impurs, quand ils le voyaient, se prosternaient devant lui, et s'écriaient: Tu es le Fils de Dieu. Mais il leur recommandait très sévèrement de ne pas le faire connaître (Mc 3,11-12)

N’est-ce pas là un bilan déroutant ?

La seule capacité des apôtres semble au final être d’avoir suivi Jésus (aS) malgré leur ignorance :
Jésus leur dit: Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d'hommes. Aussitôt, ils laissèrent leurs filets, et le suivirent. (Mc 1,17-18)

Il ne nous resterait donc qu’à faire confiance au maître qui nous appelle malgré notre incompréhension totale de son message et de sa vraie nature ?

Vu la grande pauvreté de ma compréhension de la tradition chrétienne, j’espère que vous pourrez m’éclairer sur la façon dont il faut interpréter tout cela …

Que Dieu nous appelle vers Lui et qu’Il fasse que l’on réponde à Son Appel !
Qu’Il nous confie aux mains de l’un de Ses bien-aimés !
Et qu’ainsi, Il nous libère de notre ignorance aveuglante !

Amen !

Dernière édition: par ibn al-3adam.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Herr Tripa, Thalie, Athanase Lynxe, almurida, Albert, Cybele Encemiroir, Trémolo, JeannotLapin, Apolline, Yah El

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#340

Chers tous, et surtout cher Ibn-al3adam,
Votre message est magnifique et fait plus que réfléchir ! Quelle perspicacité dans la lecture de l'Evangile...
Il m'est difficile d'ajouter quoi que ce soit à ce constat. Il est évident que nous sommes aveugles ; c'est pourquoi, il est recommandé de répéter tous les jours le Psaume 119, 18 : "Ouvre mes yeux, et que je voie les merveilles de ta Torah".
Je voudrais également citer deux versets du Message Retrouvé. Peut-être faut-il demander un signe pour nous indiquer où regarder ou qui suivre. Mais je sais que le Coran met souvent en garde ceux qui demandent des signes, sans avoir cru aux précédents (si je ne me trompe). Voici les versets, livre XXXI, 49 et 50.
49. Le Seigneur n’enverra-t-il pas un signe que tous puissent voir et entendre, afin que les meilleurs reviennent à lui ? 49’. Et afin qu’ils entraînent les masses à se convertir à lui dans leur cœur, avant le jugement de la fin? 50. Le Livre est un signe pour ceux qui voient et qui entendent encore un peu dans le crépuscule de la fin, mais combien le connaissent-ils et combien le transmettent-ils ? 50’. Prions le Seigneur miséricordieux afin qu’il manifeste aussi un signe public pour ceux qui ne voient et qui n’entendent plus rien dans le monde malade et agonisant.
Or, selon la Tradition, le Livre est un Homme, un prophète...
Comment croire ou savoir sans avoir vu ? Comment voir sans avoir cru follement ? Il y a donc un pari à faire au départ... en priant de ne pas se tromper.
Même si c'est un peu hors sujet, je vous offre deux citations pour conclure ce message :
- Paracelse : "Tu ne me chercherais pas si tu ne m'avais déjà trouvé".
- Farid-Ud-Din'Attar : "Quel état de recueillement convient-il d'avoir dans la prière ? Un état tel que si quelqu'un te frappe avec une hache, tu ne dois pas t'en apercevoir !"
Que cette hache divine nous ouvre l'entendement ! C'est la grâce que je vous souhaite tous... en m'excusant d'avoir peut-être un peu embrouillé le débat...

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Père Castor, Athanase Lynxe, Le Fou du Roi, almurida, ibn al-3adam, Albert, Cybele Encemiroir, JeannotLapin, Apolline, Yah El

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#342

Véritable clin d'œil de la Providence Divine qui répond à nos demandes secrètes... Je tire ce soir "en laissant l'esprit choisir", une lettre de Cattiaux. C'est la lettre 167 du florilège... Même si son contenu peut paraître étonnant (voire choquant), elle répond à mon avis admirablement à la question de la reconnaissance du maître. La voici :
167. LE PROPHÈTE SCANDALISE BIEN DES GENS
Les gens me croiront prophète quand mon apparence ne sera plus là pour les troubler, car pour l’instant, je suis pour eux un objet de doute et de scandale, ce qui est bien normal après tout. Ce sont ces mêmes gens qui plus tard voudront se servir de moi ou du Message Retrouvé pour assommer leurs frères, comme toujours aussi.
Il ne faut pas effaroucher les tièdes et les indécis en leur annonçant tout de go que je suis un des derniers prophètes. Vous ne pouvez pas vous douter à quel point cela peut paraître scandaleux à ceux qui ont classé une fois pour toutes les saintes Écritures dans le passé, de s’entendre annoncer qu’une nouvelle écriture est parue sous leurs yeux d’aveugles. C’est d’ailleurs une épreuve redoutable et ceux qui reconnaissent Jésus-Christ à présent, et les Évangiles, l’auraient allégrement crucifié dans son temps et brûlé les Évangiles croyant ainsi, sincèrement, servir Dieu. Si vous avez reconnu Le Message Retrouvé de vous-même, c’est une grâce de Dieu et un signe étonnant pour vous dont vous devez louer le Seigneur, mais c’est aussi le signe que vous n’avez
pas fait obstacle au-dedans de vous à la voix de Dieu. Il est même bon que vous doutiez du Message Retrouvé et que vous interrogiez bien le Seigneur dans votre cœur à son sujet afin que ce soit lui et non pas moi qui vous éclaire à son sujet. Pour moi, j’ai écrit ce livre afin de ne pas avoir à l’enseigner verbalement. Il est donc
normal que je m’efface derrière lui et que je ne paraisse pas dans le monde, sinon comme un homme très ordinaire qui fait de la peinture pour vivre, sans plus. En me présentant comme prophète de Dieu, vous éloignez les lecteurs du Message Retrouvé qui sont tellement scandalisés de cela qu’ils rejettent aussi le livre. Il vaut donc mieux que vous ne parliez pas de moi et même, il vaut mieux que vous agissiez comme si vous ne me connaissiez pas...
Vous devez servir Le Message Retrouvé et non pas celui qui l’a écrit, car celui-là est ici le serviteur de tous à l’image de Jésus-Christ qui est venu pour servir et non pas pour être servi. J’espère que vous comprendrez bien ce que je vous dis là et que vous deviendrez prudent et discret en ce qui me concerne afin de ne pas faire obstacle à la parole de Dieu. S’il faut parler du livre un jour publiquement, je le ferai comme l’un d’entre vous sans me faire connaître comme étant l’auteur, afin de ne pas scandaliser ceux qui écoutent la parole. Pensez... que ma famille n’a jamais voulu lire Le Message Retrouvé et qu’elle nie tout l’ouvrage en bloc et moi-même par-dessus le marché, cependant la fréquentation du Seigneur me suffit et ainsi, l’ignorance de toute ma famille terrestre ne me touche pour ainsi dire pas. F.D. et vous-même êtes plus près de moi dans le Seigneur que toute ma famille profane. Jamais aucun d’entre vous ne m’a marqué d’hostilité ni n’a essayé de me ravaler au rang d’inutile et de bon à rien.
Nul parmi vous ne m’a insulté dans ma foi et nul ne m’a traité comme une brute destinée à son service. Mais tout cela, ma famille profane l’a fait et j’ai patienté au nom du Seigneur. Il est possible qu’un jour, je ne patiente plus et que je me retire d’eux : je vous dis tout cela afin que vous sachiez que notre filiation en Dieu n’a rien à voir avec notre filiation dans le monde, aussi afin que vous sachiez que ceux qui ne possèdent pas le levain de Dieu ne se convertissent pas, même en ayant sous les yeux la parole renouvelée de Dieu. Ainsi vous devez comprendre que C. malgré toute sa bonne volonté ne peut entendre l’évidence si Dieu ne la lui fait voir et de même pour les autres. C’est même comme une malchance suprême pour eux qui ont l’évidence devant eux et qui ne la reconnaissent pas, car il vaudrait mieux pour eux qu’ils ne l’aient jamais rencontrée. Comprenez-vous aussi cela ? Il y a une autre chose aussi qui est juste et bonne, c’est que les profanes assistent de leurs biens matériels les saints qui attirent sur eux, par leurs prières, la bénédiction de Dieu ; mais le monde est devenu tellement aveugle et orgueilleux que cela semble une dérision à ceux qui amassent les biens de ce monde. Ne perdez donc pas votre temps à discuter avec des profanes car ils demeureront tels qu’ils sont et vous comprendrez à la fin que sans l’inspiration de Dieu nul ne peut venir à lui ni entendre sa parole.

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Herr Tripa, Père Castor, Athanase Lynxe, Le Fou du Roi, almurida, ibn al-3adam, Albert, Lucie Yolle, Cybele Encemiroir, JeannotLapin, Apolline, Yah El, Ophyusa

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#343

Chers tous,
Soyez bénis pour ces commentaires et citations passionnants!
Voici un verset du Message Retrouvé de Louis Cattiaux (livre xvi verset 24).
"Le malin paraît doucereux et flatteur, aimable et prudent, prometteur et facile, séduisant et sucré, déguisé et habile, éludant et vague, complaisant et charmant, empressé et servile. Le monde le recherche et tombe aisément dans ses filets ; son salaire c'est la tromperie, la désolation, le tourment et la mort."
"Le saint semble dur et grossier, décevant et sévère, rugueux et brutal, maladroit et blessant, exigeant et intraitable, scandaleux et outré, rebutant et amer. Tous le fuient comme la peste. Son cadeau, c'est la vérité, la consolation, la paix et la vie en Dieu."

Dernière édition: par Albert.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Père Castor, Athanase Lynxe, Le Fou du Roi, almurida, ibn al-3adam, Lucie Yolle, Cybele Encemiroir, Apolline, Yah El, Ophyusa

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#351

Sans répondre directement à toutes les questions judicieuses soulévées par ibn al-3adam, au sujet de l'Évangile selon saint Marc, je ne peux résister au plaisir de reproduire un extrait des Écrits apocryphes chrétiens, t. I, Gallimard, 1997, pp. 57 et 58, extrait trouvé dans notre section Lu pour vous:

Marc lui-même a publié successivement son Évangile sous deux formes, pour des auditeurs différents. Il a d’abord mis par écrit, à Rome, une partie des «actes du Seigneur», destinés à nourrir la foi des catéchumènes. Dans une seconde version, rédigée à Alexandrie, il a ajouté à son ouvrage certains actes et certaines paroles, de caractère «mystérieux» ou «secret», dont la lecture est réservée aux chrétiens plus avancés dans la connaissance, à «ceux qui ont été initiés aux grands mystères».

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Le Fou du Roi, ibn al-3adam, Cybele Encemiroir, JeannotLapin, Apolline

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#353

Cher Athanase Lynxe,

Merci pour cette réponse passionnante !
Doit-on comprendre que l'Évangile selon saint Marc tel qu'on le lit actuellement dans le canon est une compilation de ces deux versions ?

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Cybele Encemiroir

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#354

ibn al-3adam écrit: Doit-on comprendre que l'Évangile selon saint Marc tel qu'on le lit actuellement dans le canon est une compilation de ces deux versions?


Ceux qui prennent au sérieux l'information attribuée à Clément, supposent plutôt que l'actuel Évangile canonique est la version courte destinée aux catéchumènes, et que l'Évangile secret, plus long, adressé aux “initiés aux grands mystères”, est hélas! perdu.

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Herr Tripa, Le Fou du Roi, ibn al-3adam, Cybele Encemiroir

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#612

Pour en revenir au vrai maître, je me demande si ce n'est pas à lui que fait allusion le pseudo-Avicenne, dans son De Anima, quand il écrit (dictio 7, cap. 3): «Si quelqu’un veut te tuer, supporte d’être tué».

Dernière édition: par Athanase Lynxe.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Le Fou du Roi, Lucie Yolle, JeannotLapin

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#629

La liberté de choisir

... Je prie le Seigneur afin que vous deveniez bien portant et il faut vous tourner vers Dieu avant de regarder ses créatures. Ainsi, vous ne devez pas vous attacher trop à un maître ici-bas, si ce n'est pour progresser dans la voie royale qui mène à l'Unique, car nous devons nous méfier des attachements particuliers sous nos formes présentes.

Louis Cattiaux

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Herr Tripa, Athanase Lynxe, Lucie Yolle, Cybele Encemiroir, Trémolo, Apolline

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#631

Bigre !

Voilà une explication bien précise de la mort philosophique...des amateurs ?

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#634


Le but suprême


Je ne suis qu'un poteau indicateur sur la route qui mène à Dieu et vous ne devez pas vous arrêter à moi, mais plutôt considérer le but suprême dont je vous indique la direction. C'est en m’effaçant devant Dieu que je vous sers, et vous devez considérer seulement le Seigneur et votre Maître dans le Seigneur où il n'y a pas de déception ni de tromperie.

LC

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Herr Tripa, Athanase Lynxe, Cybele Encemiroir, Trémolo, JeannotLapin, Apolline

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#651

Si nous continuons ainsi, j'ai l'impression que les vrais maîtres qui soufflent d'en-haut et veillent sur nous vont nous envoyer quelqu'un pour réveiller le maître qui sommeille en nous.

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: arca, Herr Tripa, Père Castor, Athanase Lynxe, Le Fou du Roi, Lucie Yolle, Cybele Encemiroir, Trémolo, Apolline, Heunayro

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1000

Rabbi Schmelke, le Rav de Nikolsbourg, et son frère Rabbi Pinhas, le Rav de Francfort-sur-le-Main, ne furent pas peu déçus quand ils arrivèrent pour la première fois, un certaine vendredi, chez le Grand Maggid auquel ils venaient faire visite : ils s'attendaient à un accueil des plus civils et plutôt prolongé ; mais leur hôte les laissa presque aussitôt, après de promptes politesses, pour s'occuper des préparations pour la visite d'un hôte plus important : le Sabbath.

Ils s'attendaient en outre, à chacun des trois repas sabbatiques, à entendre le Maître développer un docte et subtil exposé de sainte science; or, le Maggid ne prononça, en fait, que quelques mots de simple bon sens, sans se mettre le moins du monde en frais d'intelligence. Au troisième repas, même, il parla moins comme un Maître devant le cercle avide de ses disciples , que comme un bon père de famille, avec un rien de solennité tranchant à peine sur les jours ordinaires, devant ses fils réunis à sa table pour la festivité.

Aussi les deux Rabbis,dès le lendemain, allèrent-ils prendre vite congé de Rabbi Baer et s'en furent-ils aussitôt à la Maison d'étude pour saluer aussi ses disciples. Là, ils en rencontrèrent un qu'ils ne connaissaient pas encore. C'était Rabbi Zousya, qui les dévisagea longuement, posément, l'un, puis l'autre, comme ils entraient, et qui, sans autre préambule ni forme de politesse, leur adressa la parole, les yeux fixés au sol : "Malachie dit (Malachie ii, 7), prononça-t-il : "Car les lèvres du prêtre gardent la science, et de sa bouche on attend l'enseignement, parce qu'il est l'Ange du Seigneur des armées."

Si donc le Rabbi est un Ange, selon l'interprétation que nos Sages ont donné de ce texte, poursuivit le disciple, c'est sur ses lèvres qu'il faut chercher l'enseignement. Mais qu'est-ce à dire? L'un de nous saurait-il ce que c'est qu'un Ange ? L'un de nous aurait-il jamais vu un Ange, qu'il puisse certifier le Rabbi comme son égal ? Non, certes ! Et c'est justement là que sont la signification et le sens à trouver : car de même que tu n'as jamais vu un Ange, et que pourtant s'il s'en présentait un devant toi, tu n'irais pas le questionner, ni non plus lui demander une preuve ou un signe pour t'assurer qu'il est bien un Ange : tu le saurais immédiatement et d'emblée tu le croirais; de même aussi, pour le véritable Tsaddik. C'est sur les lèvres d'aucun autre que tu viendras chercher la connaissance de la Thora."

Et tandis que Rabbi Zousya terminait sa démonstration, de coeur et d'âme les deux frères adhéraient déjà au Tsaddik et s'attachaient à son école.

Martin Buber, Les récits hassidiques

Dernière édition: par Le Fou du Roi.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Herr Tripa, Heunayro

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.273 secondes
Achat, Vente, Expertise de livres rares, anciens, épuisés, d'occasion et neufs spécialisés. La Librairie Arca s'inscrit dans la lignée des librairies traditionnelles.
Les visites à la librairie se font uniquement sur rendez-vous, qui seront pris de préférence par e-mail en utilisant ce formulaire ou par telephone au +32 (0)479474542
Nous cherchons en permanence pour achat des livres rares en lot ou à la pièce. N’hésitez pas à nous contacter pour une expertise gratuite.

Site Web Suivi par Le docteur web