ARCA Librairie
Antoine de Lophem
B-1390 Grez-Doiceau Belgique
Tél. : 0032 (0)479 47 45 42
info@arca-librairie.com
www.arca-librairie.com

Commentaires hermétiques des Évangiles

Plus d'informations
#637

Ceci peut peut-être donner quelque piste. Trouvé à "vision" dans le glossaire


[Paracelse, La grande astronomie, Dervy, 2000, p. 29-30 (Prologue)]

1 – Cette magie de l’image joue dans la nature supérieure qui est le séjour de la puissance astrale, astrum, à laquelle Dieu a confié le gouvernement de l’univers. Cette puissance est la lumière de la nature. Non seulement elle éclaire l’esprit des adeptes qui explorent les merveilles de la création, mais encore elle contient les images de toutes choses selon leur perfection première et leur ultime plénitude. Miroir de toutes choses, elle est, à l’échelle de la nature, ce que la Sagesse de Dieu est au niveau de l’éternité. Elle nous envoie ces images comme des species qui viennent à la rencontre de nos imaginations. C’est ainsi que naissent les visions de l’adepte : l’invisible devient visible. C’est grâce à ce concours que l’homme connaît la nature intime des choses. Toute vraie connaissance est la perception d’une réalité visible que l’homme cherche, mais qui elle-même cherche l’homme.

Dernière édition: par Le Fou du Roi.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Cybele Encemiroir

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

  • Apolline
  • Portrait de Apolline
#696

A propos du verset MR 6,43, je pense à cet extraordinaire passage de "Physique et Methaphysique" de Louis Cattiaux :
" Il faut que nous descendions au plus bas des enfers afin de pouvoir atteindre au plus haut du ciel, et quand le grand crucifié explosant de douleur s'écrie et demande sur son bois: "Père, pourquoi m'as tu abandonné?", la réponse lui parvient immédiate et secrète: "Je t'ai abandonné afin que tu te trouves en toi-même ". Et si nos oreilles ne l'entendent pas, c'est parce que nous ne sommes pas encore prêts ." page 84

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#760

Je me permettrai juste d'ajouter que dans ce passage de Cattiaux (qui était très très instruit, car autodidacte), il faut entendre que "immédiate", veut dire: "sans intermédiaire". Or, si nous voulons que notre sacrum secret se révèle à nous de manière immédiate, en nous parlant à nous, il faut nous avoir été abandonné. Comme dit le MR: "pas de grâce sans abandon".
Ce programme terrible est la source de l'actualisation de la chose. Il y a très peu de candidats à cela. Ce sont les seuls qui font réellement cette expérience qu'on devrait écouter. Mais comme, en général, ils se cachent ou sont contredits par les discutailleurs, ce sont ces derniers qui deviennent les "maîtres", par substitution.
Voilà pourquoi les,Évangiles sont si peu souvent commentés de manière hermétique.
Bravo, donc, encore à Herr Trippa pour cette initiative ! Je suis sûr qu'au cours de nos lectures hermétiques, nous allons découvrir des commentaires très profonds. Cattiaux avait, en effet, annoncé une réunion imminente de la Foi et de la Gnose.
J'y crois !

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Athanase Lynxe, Le Fou du Roi, Cybele Encemiroir, Apolline, Yah El

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#777

Voici un autre passage de mon livre du moment sur le Baptême de Jésus et de Jean dans l'Évangile :

Si on examine les récits relatifs à Jean le Baptiste et à Jésus, nous sommes en plein sur le terrain de la mythologie. Les deux récits se réfléchissent parfaitement l'un l'autre. Tous deux ont une naissance miraculeuse. Jean naît d'une vieille femme. Jésus naît d'une jeune femme. La mère de Jean était stérile. La mère de Jésus n'a pas été fécondée. Jean naît au solstice d'été lorsque le soleil commence à décliner.Jésus naît 6 mois plus tard au solstice d'hiver, lorsque le soleil recommence à croître - d'où la déclaration de Jean au sujet de Jésus :

"Il doit croître et moi je dois diminuer".

Jean naît sous le signe astrologique du Cancer, qui représentait, dans l'antiquité, la porte par laquelle les âmes passaient pour entrer dans l'incarnation. Jésus naît sous le signe du Capricorne, qui représentait pour les anciens la porte par laquelle les âmes sortaient pour pénétrer dans l'immortalité (note 1)? Jean baptise avec l'eau, Jésus avec le feu et l'esprit. L'anniversaire de la naissance de Jésus est célébré lors de la fête païenne du retour du soleil, le 25 décembre. Celui de Jean Baptiste est célébré en juin, à la place de la fête païenne de l'eau au solstice d'été note 2).

Note 1 : Porphyre, 1991, 44 : "Le Cancer est la porte par laquelle descendent les âmes, mais le Capricorne est celle où elles montent." Porphyre attribue cette doctrine à Platon. En astrologie, le Cancer est gouverné par la lune, maîtresse de la vie, le Capricorne par Saturne, dieu de la mort.

Note 2 : Frazer, J., 1922, 360.

T. Freke, P. Gandy "Les mystères de Jésus".

Dernière édition: par Le Fou du Roi.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Cybele Encemiroir, Apolline, Yah El

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#781

Idem :

Les évangiles nous rapportent qu'une fois, Jésus exorcisa un homme possédé de démons qui s'appelaient eux-mêmes Légion, car ils étaient "environ deux mille". Ces démons sont envoyés par Jésus dans un grand troupeau de pourceaux qui, se précipitant au bord d'une falaise, tombent et se noient.

On trouve exactement le même scénario dans les rites des Mystères d'Eleusis. Faisant partie de la cérémonie de purification avant leur initiation, quelques deux mille jeunes candidats se baignaient dans la mer avec de jeunes pourceaux (note 1). Ce bain rituel chassait tout mal hors d'eux en le faisant entrer dans les pourceaux. On sacrifiait ensuite ces derniers, symboles de l'impureté des candidats, en les jetant au fond d'un ravin note 2).

Note 1 : Harrison, op. cit. 252. Les initiés se baignaient dans la mer à la pleine lune, chacun avec son petit cochon sacrificiel.

Note 2 : Burkert

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Cybele Encemiroir, Apolline

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#787

Cette histoire de porcs est un des choux gras de la polémique des Païens contre les Chrétiens fanatiques qui voulaient absolument refuser tout sens caché à l'Évangile, contrairement aux Païens qui, eux, l'affirmaient. En effet, disait Porphyre, un troupeau de porcs était impossible à Tibériade, terre sémitique où l'on n'en mange pas. Ses adversaires en ont tellement été estomaqués qu'ils n'ont rien trouvé d'autre pour se défendre que de faire brûler légalement et officiellement tous les écrits de Porphyre sous Théodose.

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: arca, Le Fou du Roi, Cybele Encemiroir, Apolline

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#937

« Si la version du passage Beati pauperes spiritus eut été plus correctement faite, au lieu de le rendre comme on a fait en latin et en français : Bienheureux sont les pauvres d'Esprit ; ou les simples d'Esprit ; le Royaume des Cieux leur appartient, on aurait dit : Bienheureux sont ceux qui ont l'Esprit le plus simple, c'est-à-dire dont le corps spirituel est composé d'une plus grande partie d'Éléments simples. »

(Fabre du Bosquet, Concordance, Le Mercure Dauphinois, p. 74)

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Herr Tripa, Cybele Encemiroir, Apolline, Yah El

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#964

Thomas Vaughan, dit Eugène Philalèthe, " L'Euphrate ou les eaux de l'Orient", Œuvres complètes, La Table d'Emeraude, Paris, 1999.

"(...) je sais que le Prince Avicenne a compté saint Jean l'Evangéliste parmi les alchimistes, et que si certains passages de l'Apocalypse étaient sollicités - et ce pas plus loin que ne les entraîne leur propre sens - il s'avérerait quelque peu difficile de réfuter son opinion." (p. 464).

"Que tout homme (...) relise les deux Testaments, et il trouvera - s'il lit attentivement, que l'Ecriture, d'un bout à l'autre, utilise la Nature, et a en fait découvert des mystères naturels tels que l'on n'en trouve chez aucun des philosophes." (p. 467).

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Cybele Encemiroir, Apolline

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#965

Emmanuel d'Hooghvorst, "(Extrait du) Tractatus Aureus attribué à Hermès Trismégiste, suivi de la huitième scolie du chapitre premier", in Le Fil de Pénélope, tome II, La Table d'Emeraude, Paris, 1998.

"Tous les corps de ce monde inférieur paraissent donc différer beaucoup entre eux par l'aspect extérieur ; cependant, si on les considère tous intrinsèquement, ils procédèrent tous primitivement du même principe ou premier avant. Ce principe interne n'est rien d'autre qu'une certaine matière invisible dont le globe terrestre a été fait; ou bien, selon saint Jean l'évangéliste : "Le Verbe par lequel toutes choses ont été faites et sans rien de ce qui existe n'a été fait (Ev. st. Jean I, 3)." (p. 142)

" (...) le Verbe de régénération est inhérent à toutes choses, mais invisiblement : il ne peut se manifester dans les corps crasses et élémentaires s'ils ne sont réduits en essence quinte, c'est à dire en nature céleste et astrale. Ce Verbe de régénération est donc cette semence de la promesse ou ciel des Philosophes, brillant de tout l'éclat des astres lumineux. Abraham fut amené à le voir en contemplation." (p. 143)

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Cybele Encemiroir, Apolline

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#977

Matthieu 31:21: Jésus dit : Je vous le dis en vérité, les publicains et les prostituées vous devanceront dans le royaume de Dieu.

Hippolyte de Rome, dans sa Réfutation de toutes les hérésies, rapporte ce commentaire absolument inédit de la secte des Naassène:

"Les publicains (telônai) sont ceux qui perçoivent les impôts sur les marchandises (ta telè tôn ôniôn). Or, dit le Naassène, c’est nous qui sommes les publicains, nous, « sur qui est arrivée la fin des temps (ta telè tôn aiônôn) » (I Cor., X, 11). "

Les telônai peuvent donc être non seulement ceux qui perçoivent les taxes (telè), mais aussi ceux à qui s'applique la parole de Paul : "eis ous ta telè tôn aôniôn katènènkte", que l’on peut comprendre comme sur qui sont arrivées les fins des temps, ou l’accomplissement des éons, et nous ajouterions même, la perfection des moelles. Ces éons, dit la suite du texte, sont les semences provenant de l’être sans forme et se répandant dans le monde, les étincelles de la lumière d’en haut dont la possession constitue le véritable gnostique.

Dernière édition: par Herr Tripa.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Athanase Lynxe, Albert, JeannotLapin, Apolline, Pantout, Yah El

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#979

Merci La Tripe pour ce commentaire passionnant !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#980

Merci La Tripe !

Elle n'a pas encore répondu. Cela prouve qu'il vaut mieux féliciter La Tripe présente que La Tripe ôtée.

Dernière édition: par Athanase Lynxe.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#981

Hahahahahahha
Honi soit qui mal y pense !

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#983

On lit à la fin de l'Évangile selon Thomas :

« Toute femme qui se fera mâle entrera dans le Royaume des cieux ».

Et chez Maïer, La Semaine philosophique, énigme 66 :

« La mer est femelle, et le poisson est mâle, et la femelle sera transformée en mâle ; de même, la mer le sera en poissons ».

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Le Fou du Roi, Ophyusa

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1006

Chers scrutateurs des Évangiles !

Je lis ce soir chez Origène un commentaire qui pourra vous intéresser. Il concerne cette parole du Christ: "Je suis le chemin" (Jn. 14, 6)

"En disant : "Qu'ils sont beaux les pieds des porteurs de bonnes nouvelles" (Isaïe, 52, 7), Isaïe reconnaît la beauté et l'opportunité de la prédication des apôtres, qui marchent sur celui qui a dit: "Je suis le chemin", et il loue les pieds qui s'avancent par le chemin spirituel (qui est) Jésus-Christ et pénètrent par la porte jusqu'à Dieu. Ces messagers, dont les pieds sont beaux, annoncent des biens, Jésus."
(Origène, Commentaire sur saint Jean, I, § 51)

Intriguant, n'est-il pas? Que sont ces pieds, et qu'est ce chemin?
Les pieds pourraient-ils être une allusion au fondement de l'homme? Le chemin du Christ serait alors la colonne vertébrale ?
Auriez-vous d'autres interprétations?

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Trémolo, Pantout

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.126 secondes
Achat, Vente, Expertise de livres rares, anciens, épuisés, d'occasion et neufs spécialisés. La Librairie Arca s'inscrit dans la lignée des librairies traditionnelles.
Les visites à la librairie se font uniquement sur rendez-vous, qui seront pris de préférence par e-mail en utilisant ce formulaire ou par telephone au +32 (0)479474542
Nous cherchons en permanence pour achat des livres rares en lot ou à la pièce. N’hésitez pas à nous contacter pour une expertise gratuite.

Site Web Suivi par Le docteur web