ARCA Librairie
Antoine de Lophem
B-1390 Grez-Doiceau Belgique
Tél. : 0032 (0)479 47 45 42
info@arca-librairie.com
www.arca-librairie.com

Philosophie De L' Esprit.

Plus d'informations
#1234

Ces derniéres années, de nombreuses Traditions spirituelles Orientales se sont ouvertes a l' Ouest. Dans le monde Occidental, nombre d' individus ont souhaité connaitre le Tibet et sa remarquable histoire, et l' enseignement du Bouddha s' est installé dans le monde moderne.


Visionnaire, poéte, écrivain, philosophe, Maitre, étudiant et Saint, Longehen Rabjam s' impose comme le plus grand Maitre du Dzogchen et certainement le plus original et le plus brillant écrivain de la littérature tibétaine. Ce n' est pas pour rien que Longchen Rabjam était appelé " L' omniscient ", et considéré comme étant une émanation de Manjushri, le Bouddha de la Sagesse.


Il avait le don d' étre capable d' exprimer la vérité la plus profonde de la maniére la plus claire et il demeure une source continuelle et intarissable d' inspiration. Longchenpa avait l' habitude de signer ses écrits sous une multitude de noms différents et, de tous, celui que j' aime est " Drimé Oser ", " Rayons Lumineux Immaculés ", qui cerne peut étre mieux que tout autre la pureté originelle, la clarté et la vitalité qui se dégagent de ses textes, avec le sourire de la compassion.


L' extraordinaire Sagesse des enseignements Dzogchen, qui est le coeur et l' enseignement ultime de tous les Bouddhas, s' exprime d' elle meme au gré des mots de Longchenpa.


Bien sur, il est toujours important de se souvenir que, pour la pratique réelle du Dzogchen, il est essentiel d' avoir la direction et les conseils d' un Maitre qualifié. Pour citer sa Sainteté le Dalai - Lama :
" Il y a une chose que vous devez garder a l' esprit : les pratiques Dzogchen telles que Trekcho et Togal ne peuvent étre accomplies qu' avec les conseils et l' expérience d' un Maitre vivant qui en a lui meme la réalisation. C' est seulement au contact étroit d' un Maitre parfaitement réalisé que l' on peut soi meme accomplir la réalisation de la pratique Dzogchen."


P.C.

Dernière édition: par ines.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Herr Tripa

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1237

Cette notion de maître a déjà fait couler de l'encre sur ce site ! Et elle est passionnante !!
La suite de l'ouvrage que vous citez parle-t-elle de la nature de ces maîtres? Cette tradition bénéficie-t-elle donc encore de maîtres vivants?
La question du passage du bouddhisme d'orient en occident m'interpelle aussi.
Savez-vous quelles modifications il a subies pour s'adapter au monde occidental? S'est-il édulcoré? Simplifié?
Il est vrai que quand on entend parler de bouddhisme par ici, c'est plus souvent une technique de développement personnel qu'une Tradition permettant de quitter ce monde de la génération et de la corruption, comme il semble l'avoir été en orient.
En savez-vous plus?

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Le Fou du Roi, ines

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1238

Bonsoir Herr.

Voyez Herr, j' ignorais que la philosophie Tibétaine pouvait intéresser......
Soyez patiente Herr, vous aurez des réponses a vos nombreuses questions, qui sont fort bien formulées, d' ailleurs !

Merci a vous de l' intérét que vous portez a mes sujets.
Bonne soirée.
Ines.

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Herr Tripa, Le Fou du Roi

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1241

Alors là - je suis HYPER preneur ! Je ne connais pas du tout le bouddhisme mais ça m'intéresse vraiment. Disons en tout cas que je serais vraiment très curieux de connaître le vrai fond de cette tradition.

Je sais ce qu'en font les occidentaux qui pensent qu'il vaut mieux chercher ailleurs un peu de spiritualité exotique, mais dans le fond, je crois que c'est réellement une philosophie traditionnelle et magnifique.

Deux petites questions néanmoins, ou plutôt deux choses qui me titillent :

1/ Ils ne croient pas en dieu mais en l'homme ? Une énergie suprême ?
2/ On entend souvent parler de la sortie du Samsara, pour atteindre le Nirvana. Traditionnellement, ils excluent l'incarnation dans un corps que nous appellerions glorieux ? J'ai souvent compris cela comme une tendance à la mystique, à vivre quelque chose de manière désincarnée ou uniquement spirituellement. Mais je suis presque sûr que c'est une mauvaise interprétation que j'ai... je suppose ou du moins j'espère qu'ils ne voyaient pas leur philosophie comme telle...

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Herr Tripa

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1253

Les doctrines et les écrits classiques du bouddhisme, et plus particuliérement les enseignements et les pratiques tantriques de la Tradition tibétaine, sont maintenant bien connus en Occident, ce qui n' est pas encore le cas de l' enseignement Dzogchen, " La grande perfection." Certes, un certain nombre d' ouvrages et de traductions de textes ont été publiés a ce sujet en langue anglaise et italienne, mais cet intérét ne s' est encore manifesté en France dans aucune publication a large diffusion.


Le Dzogchen est demeuré dans l' ombre bien plus longtemps que les autres doctrines de la spiritualité tibétaine, probablement a cause de sa réputation d' enseignement " Secret."


Dzogchen est l' état de " Grande perfection " ou de " Grand achévement " ou encore la " Grande complétude." Ce terme signifie que tout est parfait depuis toujours au sein de notre véritable nature. Dzogchen désigne donc notre condition naturelle quand celle ci se dévoile complétement et librement : tout y est alors a sa place et parfait depuis toujours sans qu' il soit nécessaire de rien modifier. C' est l' état de pureté primordiale et de présence spontanée de toutes choses.


Cette condition naturelle, ou se trouve t elle ? Dans chaque individu et en toutes choses, car les phénoménes multiples sont le prodige magique de l' esprit. Notre état originel, dénué de toute complication, ne différe point de la nature ultime de toutes choses, ce qu' on nomme encore " Grande Sagesse Primordiale." On appelle aussi cet état la " Grande Sphére Essentielle " ou la " Sphére Unique ", parce que tout y est inclus.


P.C.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1258

Par - dela son cadre bouddhique et tibétain, le Dzogchen tient donc un propos de portée universelle. Sa perspective vaste et simple permet de comprendre la condition humaine au sein de l' existence et expose des moyens directs pour mettre fin a la confusion et a la souffrance qui régnent dans l' esprit. Loin d' étre une spéculation intellectuelle, il est le fruit de l' expérience directe d' hommes et de femmes qui se sont affranchis de leur conditionnement, culturel, conceptuel ou religieux. Son caractére pragmatique et dépouillé en fait un instrument idéal de découverte de soi et nous appelle vers la liberté qui git au plus profond de nous.


Moyen de transcender l' espace et le temps et d' actualiser toutes les possibilités, le Dzogchen appartient bien au patrimoine mystique de
l' humanité entiére et rejoint le fleuve des philosophies non dualistes du monde entier. Son argumentation rappelle a bien des égards la théologie négative ou " Apophatique " des grands mystiques chrétiens, de Denys l' Aréopagite a Maitre Eckart en passant par Nicolas de Cuses. Ses développements métaphysiques font écho a ceux des néoplatoniciens tels que Plotin. Sa philosophie rappelle le scepticisme et la suspension de jugement de Pyrrhon. Enfin, le Dzogchen recéle une connaissance approfondie de l' esprit dans tous ses mécanismes psychologiques et il en émerge une méthode pratique et directe de libération des émotions, digne de notre époque ou les tensions psychologiques se font chaque jour plus oppressantes.


M.C.

Dernière édition: par ines.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Herr Tripa

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1277

Ne connaissant rien au Bouddhisme, mais convaincu que l'enseignement du Bouddha est celui d'un maître véritable, je vois deux choses principales dans ce qui vient d'être dit. (que Inès veuille bien m'arrêter si elle voit quelque chose qui lui paraît faux dans mes propos !)

1) Le fait de faire référence à un homme et pas à Dieu est peut-être beaucoup moins étranger à notre Occident qu'on ne le croît. En effet, Le Christianisme, par exemple, adore un homme-Dieu. Et Jésus lui-même dit que personne n'a jamais vu DIeu.
C'est bien dans l'homme seul que Dieu a l'unité. Cela ne veut certainement pas dire, à mon sens, que le Bouddhisme nie Dieu, mais que ce n'est que dans l'homme (régénéré, bien sûr , et non ordinaire, sinon les psychologues l'auraient déjà découvert !) qu'on puisse le trouver.
2) Apparemment, d'après ce que cite Inès, on a affaire à une transmission vivante de maître à disciple. Cela est totalement "occidental' aussi, même si presque tous l'ont oublié aujourd'hui en ne croyant plus qu'à des traditions mortes.

Par contre (et selon moi, c'est toujours et partout là que cela cale) il y a, autant en Orient qu'en Occident, le danger de voir un maître là où il n'est pas, car de légitimes disciples peuvent très bien transmettre intact un enseignement vivant à la base, sans se rendre compte qu'il ne s'agit plus que d'images ou de techniques, et que tout cela est vrai en image, mais est mort en réalité.
Jésus, par exemple, avait deux sortes de disciples. Isaac avait deux fils: un charnel (Ésaü), et un spirituel (Jacob).

Imaginons qu'ayant entendu ceci :" Il y a une chose que vous devez garder a l' esprit : les pratiques Dzogchen telles que Trekcho et Togal ne peuvent étre accomplies qu' avec les conseils et l' expérience d' un Maitre vivant qui en a lui meme la réalisation. C' est seulement au contact étroit d'un Maitre parfaitement réalisé que l' on peut soi meme accomplir la réalisation de la pratique Dzogchen." , un disciple passionné de Bouddhisme veuille, après avoir appris le tibétain et appliqué à la lettre les conseils, enseigner le tibétain et transmettre ces conseils à d'autres. Ceux-ci, très reconnaissants, pourraient croire de bonne fois qu'il est un maître sans qu'il le fût.
Voilà où commence l'idolâtrie, qui égare tout autant que la désincarnation.
Personnellement, je suis heureux de constater que le Bouddhisme soit si incarné par rapport à ce que j'imaginais, mais je ne doute pas qu'il doit aussi y avoir, comme dans les religions du Livre, une quantité d'idolâtres qui s'ignorent, tout en recherchant des états psychiques bien éloignés de la véritable Tradition.

Dernière remarque : " Rayons Lumineux Immaculés ", prouve une chose : c'est un corps ! En effet, il ne peut y avoir de rayons sans corps pour les transporter. Donc, à mon avis, c'est une question de terme. Si l'on croit que seul le corps de chair périssable est un corps, on comprend que l'on parle plutôt d'esprit. Or, un esprit sans corps ne peut pas plus exister qu'une flamme sans combustible ...

C'est toujours le même problème : Imaginons un électricien qui passe son temps à dire (très justement) aux autres : "Vous êtes dans l'erreur. Vous croyez que ce sont les fils électriques qui vous éclairent. Il n'en est rein. C'est uniquement l'électricité qui vous éclaire !" Du coup, des disciples bien intentionnés qui croient avoir compris la leçon, arrachent tous les fils électriques chez eux et attendent que l'électricité vienne les éclairer. Après dix ans d'attente, un autre électricien vient en disant : Mais sans fils, il ne peut y avoir de lumière. Alors les disciples installent des fils, puis attendent de nouveau dix ans, sans électricité ...

On comprend donc mieux pourquoi les alchymistes parlent d'un MERCURE DOUBLE.

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Herr Tripa, Thalie, Athanase Lynxe, Le Fou du Roi, Trémolo

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1281

Bonsoir Pantout.

Pourriez vous s' il vous plait, me dire plus en détails, ce que signifie au juste pour vous, le terme " D' idolatrie ?"
J' y reviendrais par suite.

Merci cher Pantout.
Bonne soirée.
Ines.

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Le Fou du Roi

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1282

Chère Inès,

L'idolâtrie est le culte des idoles. Dans la Bible, les prophètes fulminent continuellement contre les idolâtres qui adorent des statues au lieu du vrai Dieu. C'est pourquoi, ni dans le judaïsme, ni dans l'Islam, on ne peut représenter Dieu ni même un homme. Les Chrétiens, par contre, influencés par les païens, ont des statues, mais les Protestants, en général, les ont rejetées.
Il y a eu, à Byzance, une immense querelle des iconoclastes au 9ième siècle, où on a cassé une énorme quantité de statues, et où les partisans des statues ont dû s'enfuir chez le pape.
Cela, c'est pour l'histoire ...
Dans la bible, on lit : 'Les peuples qui nous entourent ont des dieux de bois et de pierre qui ont des yeux et ne voient pas, des oreilles et n'entendent pas, etc."
Tout le monde interprète cela à propos des statues. Mais cela, c'est pour le peuple. Car il faudrait être un idiot pour s'imaginer qu'une statue aurait des yeux qui voient et des oreilles pour entendre. Tout le monde sait qu'il n'en est rein. Donc le sens de la bible est beaucoup plus subtil. Qui a des yeux qui ne voient pas, etc. ? - NOUS-MÊMES, qui n'entendons pas la parole divine et ne voyons pas la lumière de Dieu. Donc, l'idolâtrie, c'est l'adoration de notre propre personne, de l'homme charnel que nous sommes.
Par contre, si Dieu nous ouvre les sens, nous verrons et entendrons. Autrement dit, nous deviendrons des dieux.
L'idolâtrie, c'est donc prendre des hommes charnels pour des dieux.

C'est cela auquel j'essaie de faire prendre garde, tant dans le Bouddhisme que dans le Christianisme. Nous risquons d'adorer une personne humaine au lieu de Dieu. Et pourtant, c'est à travers l'homme que Dieu se manifeste. Voilà tout le problème.
N'hésitez pas à me demander plus d'explications, chère Inès; et encore toutes mes félicitations pour vos interventions qui interpellent tant de chercheurs sur les vraies questions.
À bientôt.
Pantout

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Herr Tripa, Le Fou du Roi

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1287

A l' heure ou l' Occident en pleine mutation réalise que les recherches scientifiques de pointe en astrophysique et en mécanique quantique impliquent une redéfinition de l' Univers et de nouvelles perspectives philosophiques et métaphysiques plus globales et moins mécanistes, la vision métaphysique toute particuliére du Dzogchen peut contribuer a cette réflexion de fond.

En découvrant le Dzogchen, il est frappant de constater sa nature holistique. En tant que pratique spirituelle, il offre des moyens qui permettent a l' homme de réintégrer sa " Vraie nature ", laquelle n' est autre que la nature parfaite et compléte de toutes choses existantes. La vision de cette nature parfaite, telle qu' elle est décrite dans la métaphysique du Dzogchen, englobe tous les aspects de l' existence, spirituels et matériels, et il n' est pas un seul phénoméne qui n' y soit inclus. C' est ainsi qu' on y décrit un processus universel de déploiement de l' énergie qui abolit définitivement la frontiére réputée infranchissable entre l' esprit et la matiére. Les grandes questions qui agitent les esprits depuis Parménide, l' étre et le non - étre, l' Un et le multiple, l' ordre et le chaos, l' apparence et la réalité, s' y trouvent traitées en un développement original. Mais encore et toujours, cette exposition théorique est étroitement liée a la pratique spirituelle et a l' expérience personnelle qu' en fait le yogi, car il n' est pas question dans le Dzogchen d' intellectualiser pour intellectualiser. C' est la encore quelque chose d' important a réaliser pour les Occidentaux qui ont pris l' habitude au cours des siécles de fragmenter la connaissance en des domaines de plus en plus spécialisés qui n' ont plus guére de rapport avec l' épanouissement individuel.


P.C.

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Herr Tripa, Le Fou du Roi

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1289

Cher Pantout, bonsoir.

Vous étes adorable.
En tout bien et toute honneur.

Vos explications sont dignes d' un Maitre hautement spirituel.

J' ignorais en profondeur, ce que le sens du mot " Idolatrie " signifiait.
Vous étes l' unique personne de mon entourage, qui m' explique enfin que le christianisme c' est l' incarnation de Dieu en l' homme !
Merci.

Nous ne sommes pas des Dieux.
Mais Dieu réside en nous.
Moi également Pantout, je suis désabusée de constater que fort peu d' individus parlent si peu de Dieu.
Mais dans ce forum Arca, Dieu est dans chaque bouche, a mon grand ravissement !
Voici donc un endroit ou il fait bon et doux de faire une halte.....
Si cela est une invitation, alors soit !

Vous savez, a propos du Bouddhisme, je pense que les infos que j' ai transmises jusque la ne sont pas adéquates justement a cette spiritualité.
J' ai d autres ressources, ou il est parlé de trois corps, et notamment, du corps glorieux.

Je suis imprégnée de la présence divine.....sans pour autant représenter une personne fanatique.
Je vous expliquerais comment j' y suis venue.
Car je ne suis pas issue d' une famille croyante, hélas, mais plutot d' une famille entiérement athée, qui ne croit qu' en elle meme.....

Je reviendrais vous retrouvez de temps a autre ici meme, a la philosophie de l' esprit.
Vous étes un compagnon de route formidable Pantout !
Je vous en prie et vous demande par la meme, de saisir subtilement mes éloges ainsi que mes superlatifs.
Merci.

A plus tard Pantout.
Ines.

Dernière édition: par ines.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Athanase Lynxe, Le Fou du Roi

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1314

Bonsoir Pantout.

J' ai fort peu participé aujourd' hui au forum.
Aussi, vais je essayer de publier cette nuit.

Il faut que je vous dise, que j' ai douté de tous sur le forum la nuit passée.
Sentiment fort désagréable.
Heureusement, je vous saisi et vous interpréte bien.

Je me suis faite remarquée !
Dommage.
A bientot Pantout.
Ines.

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Le Fou du Roi, Pantout

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1339

Le Dzogchen.



" La signification du terme tibétain Dzogchen fait référence a l' état primordial véritable de chaque individu et non a une quelconque réalité transcendante. Lorsque nous sommes dans un état de vide sans perdre conscience, il y a une présence qui continue tout le temps, une présence qui est exactement la meme dans l' expérience de sensation de plaisir. Cette présence est unique et au - dela de l' esprit. C' est un état non - duel qui est la base de toutes les formes infinies de manifestation, et afin de le trouver, la transmission directe du Maitre est indispensable. La pratique du Dzogchen est dite " Au - dela " de l' effort et, en effet, il n' y a nul besoin de créer, de modifier, ni de changer quoi que ce soit, mais seulement de se trouver dans la véritable condition de ce " Qui est ", c' est a dire, le " Non - corrigé ", le " Non altéré ", le " Non - modifié."

Il n' y a pas a proprement parler de personne éveillée, il y a seulement une activité éveillée.
Shunryu Suzuki.

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Le Fou du Roi

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1418

Le Dzogchen.







La Tradition Bouddhiste Tibétaine considére Garab Dorjé comme le premier maitre humain du systéme de pratiques contemplatives Dzogchen. Il est courant de traduire l' expression tibétaine Dzogchen par " Grande perfection ", laquelle constitue au Tibet, la quintessence des enseignements Bouddhistes. Garab Dorjé serait né au pays d' Uddiyana, au Nord - Ouest de l' Inde, et aurait recu directement de Vajrasattva, l' aspect Sambhogakaya de la Bouddhéité, la transmission du Dzogchen.



Depuis l' époque de ces grands Maitres, les enseignements du Dzogchen se sont perpétués de Maitre a disciple au fil d' une transmission ininterrompue.



Le Dzogchen consiste, pour l' individu, a comprendre son état primordial, la nature inconditionnée de son esprit dans l' immédiateté de son expérience. L' essence de l' esprit transcende ses contenus spécifiques, les pensées qui s' y élévent en reflétant les conditionnements psychologiques, sociaux et culturels.



N.N.

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: arca, Thalie, Le Fou du Roi

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1429

On peut établir une différence analogue entre le miroir, qui a naturellement le pouvoir de renvoyer les images, et les reflets qui y apparaissent. Il ne faut pas confondre le miroir et ses reflets. Dépouillée de toutes ces limitations, la présentation du Dzogchen que l' on trouvera dans cette étude obéit a la Tradition Rimé, ou " Non - sectaire ", de grands Maitres quasi contemporains du Tibet Oriental.


N.N.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.202 secondes
Achat, Vente, Expertise de livres rares, anciens, épuisés, d'occasion et neufs spécialisés. La Librairie Arca s'inscrit dans la lignée des librairies traditionnelles.
Les visites à la librairie se font uniquement sur rendez-vous, qui seront pris de préférence par e-mail en utilisant ce formulaire ou par telephone au +32 (0)479474542
Nous cherchons en permanence pour achat des livres rares en lot ou à la pièce. N’hésitez pas à nous contacter pour une expertise gratuite.

Site Web Suivi par Le docteur web