ARCA Librairie
Antoine de Lophem
B-1390 Grez-Doiceau Belgique
Tél. : 0032 (0)479 47 45 42
info@arca-librairie.com
www.arca-librairie.com

Kairos.

Plus d'informations
#1507

A cet égard s’applique la même démarche que celle appliquée à la notion de hasard par les frères Bogdanov dans leur excellent essai sur La Fin du hasard (Grasset, 2014) : nous n’attribuons au hasard que ce que nous manquons de recul pour comprendre. – Du reste, l’étymologie du mot – l’arabe al zahr , désignant les dés à jouer, voire le jeu et la chance en général (selon Averroès) – est elle-même hautement kairologique !


J.C.

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Herr Tripa, Le Fou du Roi

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1517

ines écrit: Pantout, douteriez vous de l'honnêteté de mes textes ? Ceci dit, c'est une excellente idée. Attendons Athanase.

J'ignore depuis combien de temps on a fait appel à mes Hautes Compétences Censées Certifiées Conformes, mais voici :

Je pense qu'il n'y a pas le moindre doute sur l'honnêteté de vos sources.

Il y a un malentendu autour de l'emploi du terme grec chronos, «temps». Il est tout à fait vrai, comme vous l'écrivez avec d'autres mots, que les Modernes attribuent au temps la nature d'une ligne droite progressant à l'infini.

Mais cela n'est pas du tout le cas chez les Anciens. Or c'est ce que Pantout a peut-être cru que votre citation suggérait :

ines écrit: Dans la Grèce antique, il n'y avait pas un mais deux temps. Le monde moderne ne connaît que le temps Chronos : mesurable, linéaire...

Les Anciens avaient, pour être plus précis, du temps une conception circulaire et, pour cette raison même, répétitive. Ils ne lui prêtaient donc absolument pas la définition que les Modernes, d'après ce passage, suggèrent peut-être qu'ils avaient. Je ne sais pas si mon explication est tout à fait claire.

Dernière édition: par Athanase Lynxe.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: ines

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1523

J'ai tout compris - merci Ô Athanase

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1573

ines écrit: Une idée circulaire du temps selon les anciens. Mais les modernes également ont cette idée du temps circulaire.

Je ne le pense pas, mais si c'est le contraire, si Modernes et Anciens sont d'accord sur la circularité du temps, il n'y a tout compte fait pas de problème de divergence, et je me suis trompé.

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: ines

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1577

Je crois qu'il va falloir dorénavant distinguer entre la conception d'un temps linéaire moderne (dialectique et marxiste?) et les explications scientifiques qui -depuis Einstein- refusent au mot Temps toute valeur absolue. Chaque point de l'espace, chaque "localité" possède sa propre horloge, si je puis dire. Il n'y a pas de temps absolu.

Je ferai peut-être un fil sur le sujet, si ça intéresse quelqu'un.

Le plus sûr moyen est de lire l'ouvrage du professeur Etienne Klein sur le sujet, absolument fascinant.

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: arca, ines

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1607

JeannotLapin écrit: temps linéaire moderne (dialectique et marxiste?)


Un "temps marxiste" ça m'a fait rire, je ne sais même pas pourquoi !

Quoiqu'il en soit, le "temps" des philosophes par le Feu est bien éloigné du concept d'univers en expansion ou de Big Crush Bang tralala... et autres sciences religieuses phsyico-quantico-tsoin tsoin

Dernière édition: par arca.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Herr Tripa, ines

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1739

Du Kairos a la Kairicité.
On est d' emblée porté a établir un paralléle analogique entre ce couple de notions et celui que représente le binome temps et temporalité. Un tel paralléle, s' il se révéle, en principe envisageable, n' est toutefois pas justifiable a tout point de vue. En effet, d' une part, et malgré la référence habituelle aux divers aspects du temps ( astronomique, biologique, etc ), celui ci demeure une donnée ( réelle ou inventée, selon les conceptions respectives ) indépendante de l' intentionnalité de la conscience, elle meme entendue comme un faisceau de tendances a agir, alors que le Kairos est une donnée intimement liée a cette intentionnalité. L' intentionnalité de la conscience suppose une conscience constamment en alerte, dans l' attente de saisir le Kairos auquel elle aspire, l' occasion, favorable entre toutes et par excellence a ses propres visées, et d' en profiter au maximum en se l' appropriant. L' écoulement du temps serait, dans ces conditions, indifférent a la conscience, alors que le Kairos s' adresse directement a elle qu' il active et stimule dans la mesure ou il répond a ses attentes, leur rapport s' avérant un rapport dynamique réduit a l' engagement de la conscience aux états Kairiques ainsi délimités. D' autre part, la notion de Kairicité ne saurait étre, telle la notion de temporalité, une simple abstraction : elle se profile, par contre, sous forme de qualité réelle inhérente a la réalité du Kairos.

E.M.

Dernière édition: par ines.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1746

Chère Inès,
Pardonnez-moi, mais je ne comprends pas un mot de ce que dit cet E.M. Je relis, je relis, et plus je relis, moins je comprends.
Pouvez-vous m'expliquer sa pensée ?
Merci d'avance.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1757

Merci, chère Inès, de vos explications. Vous dites: "Mais je préserverais mon acquis car j' y tiens !" . vous avez raison d'y tenir, mais je persiste à croire, contrairement à vous, qu'on ne peut le préserver en ayant un corps et un esprit décomposés.
Mais bon ! Chacun croit ce qu'il veut, et peut-être est-ce moi qui me trompe. Dans ce cas je vous laisse rêver.

Par contre, je ne vois pas de réponse à ma question sur l'explication de votre auteur E.M.. Vous me dites seulement qu'il a de beaux titres. Bien ! Mais ma demande était que vous m'expliquiez sa pensée, et là, vous me répondez que vous êtes désolée (pour moi, je suppose).et que d'autres parviendront, on l'espère, à mieux le saisir. Cela je l'espère aussi.
Mais VOUS ? ...

Ou bien vous l'avez compris et vous me refusez l'amitié de m'aider à le comprendre, ce qui me peinerait, ou bien quoi?
Excusez-moi de vous parler aussi franchement, mais je suis votre ami.

Pantout

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Le Fou du Roi, ines

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1758

La Kairicité définit l' essence meme du Kairos. Temps et Kairos déterminent respectivement la nature et les qualités caractéristiques de la temporalité et de la Kairicité. La premiére suppose une succession d' instants réguliere ; la seconde, une rupture dans cette succession, rupture exceptionnelle, voire unique, saisie d' avance ou vécue rétrospectivement, mais dans le cadre d' une démarche volontaire et surtout intentionnelle. Une différence similaire est suggérée par la physique contemporaine a propos de la discrimination entre temps conventionnel, qui suppose une conscience avertie du degré d' intensité, distinct et divergent, scandé de ponctuations successives percues dans leur écart et temps naturel qui, lui, suppose une conscience inexpérimentée, mais pouvant capter subjectuivement et apprécier, a son profit pareil écart. Dans un tel comportement entre en jeu la capacité de cette conscience de se " Mettre aux aguets " pour prévoir, voire prévenir, une prochaine cadence entendue comme une rupture ; unicité et multiplicité sont alors envisagées en dehors de toute considération de périodicité. En outre, le temps conventionnel favorise le processus d' approximation de l' intensité attendue ou souhaitée de la rupture envisagée. Ceci une fois admis, l' analogie constatée d' abord entre " Temps conventionnel " et temporalité, puis entre " Temps naturel " et Kairicité, parait a coup sur légitime.

Sur la différence entre temps conventionnel et temps naturel, on soulignera que, dans ce meme cadre de différentiation, le temps conventionnel se préte davantage a une appréciation quantitative de la recherche d' une optimalité dans la prévisibilité d' une rupture prochaine, et qu' en ce sens il s' avére complémentaire du temps naturel.

M.E.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1759

Chère Ines,

Je suis tout à fait perdu, pardonnez mes faibles lumières.

J'étais bien malade cette semaine, j'ai tenté de tout lire et méditer, c'est trop ardu.

La physique quantique est toute simple à côté ;-)

Dernière édition: par JeannotLapin.
Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Le Fou du Roi

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1762

Chère Inès,
Merci d'accepter de m'éclairer. Cela me soulage à l'idée que je vais pouvoir comprendre enfin. Pouvez-vous m'expliquer ceci :

Du Kairos a la Kairicité.
On est d' emblée porté a établir un paralléle analogique entre ce couple de notions et celui que représente le binome temps et temporalité. Un tel paralléle, s' il se révéle, en principe envisageable, n' est toutefois pas justifiable a tout point de vue. En effet, d' une part, et malgré la référence habituelle aux divers aspects du temps ( astronomique, biologique, etc ), celui ci demeure une donnée ( réelle ou inventée, selon les conceptions respectives ) indépendante de l' intentionnalité de la conscience, elle meme entendue comme un faisceau de tendances a agir, alors que le Kairos est une donnée intimement liée a cette intentionnalité.


Car il n'y a pas un mot, même quand je relis 10 fois, que je comprends... Grand merci d'avance de votre amitié éclairante.

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Herr Tripa, ines

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1768

Chère Inès,
Merci de vos explications. Je suis très heureux que vous ayez, vous, compris.
Mais en ce qui me concerne, c'est encore plus incompréhensible. Cela dit venir de moi, certainement.
Mais ne vous en faites pas, vous avez tenté l'impossible.
Je me contenterai en me disant que Dieu, lui, est savant. Cela a peu d'importance que moi, je ne le sois pas.

Bonne continuation dans votre voie!

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: Le Fou du Roi

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1787

Quant a la conscience, elle réagit, selon le cas, soit en demeurant inerte ( elle subit alors une défaite qui peut se révéler néfaste, voire catastrophique, pour l' existence ) ; soit en essayant d' atténuer les conséquences négatives que comporte le changement survenu pour elle ; soit, enfin, en précédant les faits, en allant a leur rencontre, voire en les provoquant. Mais, le plus souvent, elle demeure dans l' attente de la phase propice a son intervention. La faille ainsi créée est immédiatement mise en valeur et comblée par la conscience qui s' y infiltre et s' y installe, d' abord subrepticement, puis définitivement, en augmentant a la rigueur l' écart initialement formé, pour en tirer profit au maximum. Au fur et a mesure de cette progression, le comportement de la conscience, fidéle a son objectif final, se précise et s' adapte de plus en plus aux conditions particuliéres déja établies qu' elle exploite a fond pour mieux les mettre en valeur selon son intention. Aussi son intentionnalité se précise t elle continuellement en ce sens. Malléable au départ, elle le devient sans cesse davantage pour atteindre ses fins et ( cela va de soi ) dans les limites d' une action conforme aux régles de la décence, de nature a ne point choquer les autres consciences.



M.E.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
#1810

Temps "marxiste", c'est un peu une blague de ma part, mais c'est l'idée toute moderne que l'Humanité "progresse" d'un point A à un point C de manière "dialectique", par un point de rupture B, révolution française ou prolétarienne...

Quant au "Temps" des philosophes, il faudra un jour étudier cette expression, qui me paraît bien énigmatique.

Si je comprends bien la révolution einsteinienne, il n'y pas de Temps absolu (que posait Newton pour concevoir ses Principes mathématiques de la Philosophie naturelle, Londres, 1687), mais uniquement des temps particuliers, relatifs à la vitesse de chacun des observateurs.

Ainsi, le Temps des philosophes signifierait qu'il dépendrait de la vitesse desdits Philosophes, vitesse qui ne serait pas la nôtre.

Les utilisateur(s) suivant ont remercié: arca

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.201 secondes
Achat, Vente, Expertise de livres rares, anciens, épuisés, d'occasion et neufs spécialisés. La Librairie Arca s'inscrit dans la lignée des librairies traditionnelles.
Les visites à la librairie se font uniquement sur rendez-vous, qui seront pris de préférence par e-mail en utilisant ce formulaire ou par telephone au +32 (0)479474542
Nous cherchons en permanence pour achat des livres rares en lot ou à la pièce. N’hésitez pas à nous contacter pour une expertise gratuite.

Site Web Suivi par Le docteur web